En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

L'Histoire

L'Histoire du Lycée "Des Glières"

Par admin glieres, publié le jeudi 17 avril 2014 10:16 - Mis à jour le mardi 10 mars 2020 12:07

1- Aux origines : de l’E.P.S. au lycée de l’avenue Jules Ferry


- En 1905 dans une bourgade encore bien petite mais en croissance (1000 habitants en 1860 lors de l’Annexion de la Savoie à la France, 2811 habitants en 1901), était construit  en plein champ,  un bâtiment scolaire de style néoclassique « troisième  République ». On  lui donna évidemment  le nom de « Jules Ferry ». Cette EPS permettait aux meilleurs élèves des écoles  primaires d’Annemasse et de la région (St Julien, Frangy et même de Genève) de poursuivre leurs études pour préparer en  trois ans  le Brevet Elémentaire. Mais  pour préparer le baccalauréat, les jeunes Annemassiens  devaient  toujours « s’expatrier » à Bonneville, Thonon ou Annecy où ils étaient internes.
En 1937 furent créées et expérimentées, Jean Zay, des classes d’orientation  afin d’ orienter les jeunes élèves à l’issue du premier trimestre et de les « répartir » en trois options : classique, moderne et technique.
En 1941, cette EPS fut transformée  en collège avec le cursus habituel des quatre années de la sixième à la troisième. Durant les années 1942-47 l’établissement accueillait environ 400 élèves avec toujours une séparation filles/garçons.
En 1946 le collège se transforma en lycée avec l’ouverture d’une  première classe de secondes, puis en 1947, d’une première classe de  premières  et en 1948 une première classe de terminales (une seule classe de huit élèves, trois en sciences et cinq en philo !) et sa première génération de bacheliers made in Annemasse.
Dès lors, les effectifs augmentèrent régulièrement et fortement en lien avec l’explosion démographique de l’agglomération annemassienne et la « démocratisation » de l’enseignement secondaire. Le lycée fut agrandi en tous sens,  en hauteur, dans les années 50 et en largeur jusqu’aux rues  Pasteur et Bastin  mais n’arrivait toutefois pas à accueillir convenablement un effectif scolaire qui atteignait 2300 élèves en 1970 !
A la fin des années 1960 pour libérer de l’espace au lycée, fut construit un long bâtiment  en bordure de l’ancien stade Albert Baud du côté rue des marronniers qui devait être le nouvel internat du lycée mais il ne joua que partiellement et temporairement cette fonction.
 

2-La création du lycée


Le bâtiment de l’internat, construit en 1966, abrita très tôt des bureaux administratifs (Intendance) et des salles de classes. Puis,  en 1974, ce fut la construction de « l’externat » pour accueillir les classes de second cycle dès la rentrée 1975. Il occupait presque tout l’espace restant de l’ancien stade  avec, à l’arrière du bâtiment, un espace  « goudronné » pour la cour et les activités sportives, un espace « jardin » avec arbres décoratifs et gradins. Ce « déménagement » avait été voulu et organisé par le nouveau directeur M. Guillaumin . C’est lui qui proposa de donner au nouvel établissement le nom de « Lycée des Glières » en mémoire bien sûr du célèbre et cruel événement de Résistance  au plateau de Glières dans le massif des Bornes, en mars 1944.
La création du nouveau lycée eut pour conséquence de « soulager » l’ancien lycée (qui  avait  d’ailleurs perdu dès 1972 une partie de ses élèves de premier cycle avec l’ouverture d’un nouveau collège : celui de Gaillard). Il redevint « collège » avec seulement les classes de premier cycle (6ème à 3ème) au temps où les collèges prennent le nom de CES (collège d’enseignement secondaire) et où la plupart des lycées de France perdent leurs classes  de primaire et premier cycle. Le collège prit bientôt le nom de « Michel Servet ». Autre répercussion de cet « éclatement » du « vieux » lycée : le personnel administratif et enseignant fut « redistribué ».
Et  pendant des années, si vous demandiez aux Annemassiens où étaient le lycée, ils vous envoyaient 8 fois sur 10 au collège Michel Servet !

Les restructurations des bâtiments.
Le SIVM construisit dans le dernier espace du Stade resté disponible un grand équipement sportif : le gymnase des Glières, largement utilisé par les élèves du lycée.
Très vite étaient apparues des déficiences dans les deux bâtiments : celui de l’ « internat » dont le toit en tôles rouillait et où une partie des dortoirs était inutilisée, celui de l’ « externat » où il y eut très vite des gouttières un peu partout et où l’isolation n’était guère assurée par des fenêtres bien légères à simple vitrage. Les normes étaient celle d’avant le premier choc pétrolier de 1973/74 !
Un plan de restructuration de l’ensemble fut élaboré sous la direction de M. Corbet et financé par la Région Rhône-Alpes responsable des lycées depuis la réforme des régions en 1983. Un concours d’architectes fut organisé et c’est le cabinet…. qui fut choisi. Le principe était de rénover les deux bâtiments rebaptisés A et B et de les relier par une structure originale avec  grand hall, un espace « lycéen » et une passerelle au niveau du premier étage. L’internat était supprimé et déplacé dans le nouveau lycée Jean Monnet, le restaurant  scolaire  transformé en « self ». Les travaux ont duré cinq années. Ils se firent par tranches afin de laisser le lycée fonctionner mais engendrèrent pas mal de difficultés : bruit, déplacement des cours dans des préfabriqués etc…Mais le beau résultat final fit bien vite oublier ces « petits désagréments »

3-Quelques étapes dans la vie du lycée

Les proviseurs :

M. Guillaumin (1970-1980)
M. Barbaras (1980-1990)
M. Corbet (1990-1998)
M. Dupessey (1998-2006)
Mme Cavet (2006-2012)

M.Massé (2012-2019)

M.Michaux (2019-)

Les proviseurs-adjoint :

M. Trebouet
M. Dupessey (-1994)
M. Duranti (1994-2008)

M. Lambert (2008-2012)

Mme Hubert (2012-2014)

M. Lefort (2014-)

Les CPE :

Mme Bouchet (-2002)
Mme Degeneve (2002-2009)
Mme Onelli (1991-2019)
M. Vuillermoz (1994-2017)

M. Martine (2018-)

M. Bricka (2019-)

Les intendants :

M. Ripoll (-2009)
M. Collin (2009-2013)

M.Beatrix (2013-2017)

M. Ngamby (2017-)

 

 

 


Des événements symboliques :

La célébration du bicentenaire de la Révolution en 1989 : défilé costumé en ville, exposition, plantation d’un « arbre de la Liberté » (un cèdre offert par la ville) dans le jardin du lycée
Le devoir de mémoire autour du thème de la résistance et de la liberté 
-la première salle dédiée fut la salle des fêtes du lycée avant la restructuration. On lui donna le nom de « Périllat » en mémoire d’un jeune professeur d’histoire-géographie qui fut tué par un éboulement dans son chantier de fouilles archéologiques à Thonon en 1973
-en lien avec le nom du lycée M. le proviseur Dupessey prit l’initiative de donner à plusieurs salles du lycée rénové le nom de personnalités  tels qu’Albert Camus, Tom Morel, mais aussi d’anciens  professeurs du lycée engagés dans la résistance locale : Louis Calinon, Magda Trocmé. Une cérémonie eut lieu avec dépôt de plaques et présence de personnalités dont l’épouse de Tom Morel.
- En juin 2007, une salle est renommée Saïd Ibdalouch,  en mémoire au jeune professeur décédé qui avait mis en place le réseau informatique du lycée.

-En 2018, l'espce élèves du 3ème étage est renommé espace Vuillermoz, en mémoire au CPE responsable pendant 20 ans du secteur tertiaire et professionnel.